COVID-19 | La solidarité du monde de l’équitation pour aider les centres équestre

Le monde équestre se retrouve particulièrement fragilisé par le confinement qui cloue chaque cavalier chez soi. Néanmoins, les structures en difficulté peuvent compter sur les démarches de plusieurs cadres du secteur pour leur venir en aide et les enseignes de vente ne sont pas en reste pour offrir des masques aux cavaliers confinés.

Depuis deux mois déjà, les inquiétudes de la filière équestre sont au plus haut, surtout pour les structures qui ne peuvent plus accueillir le public sur lequel elles comptent habituellement pour vivre. Néanmoins, bien que l’équitation soit un sport caractérisé d’individuel (cheval et cavalier), c’est toute une nébuleuse de personnes qui gravite autour de chaque cavalier et c’est aujourd’hui la solidarité entre ces personnes qui émerge pour aider ceux en difficulté.

Les personnes au premier plan de cette chaîne de solidarité sont bien évidemment les sportifs de haut niveau, qui se sont alliés pour proposer diverses initiatives pour venir en aide aux centres en difficulté. Ainsi, Philippe Rozier a lancé la vague de soutien avec ses « Stages solidarité » : dès que la situation le permettra, grâce à 10 cavaliers par matin et par après-midi qui paieront un minimum de 100 euros, des stages menés par le champion olympique de Rio seront organisés en Île-de-France. Les bénéfices de ces cours seront reversés aux centres équestres en difficulté de la région, sous forme de paille, foin ou granulés. L’appel du cavalier de Bois-le-Roi a vite été entendu et relayé par d’autres grands noms du monde de la compétition : Roger-Yves Bost, camarade de Philippe Rozier au sein de l’équipe olympique de Rio, s’est aussi engagé dans la même initiative dans son haras de Barbizon, non loin de Bois-le-Roi. Les deux champions ont aussi appelé les autres sportifs à faire de même, puisque les compétitions ne reprendront pas avant septembre ou octobre selon eux, et ils auront donc assez de temps pour mener à bien cette mission de sauvetage.

La cadre technique de la FFE Sophie Dubourg, ancienne sélectionneuse nationale aux côtés de Philippe Guerdat, a aussi annoncée qu’elle allait rechercher au sein de plusieurs régions en France des cavaliers professionnels capable de mener la même initiative, pour que chaque espace puisse aussi bénéficier de ces stages solidaires. Ainsi, Marc Dilasser et Maëlle Martin, cavaliers 5*, se sont déjà engagés dans leurs régions (Bretagne et Occitanie) pour conduire des stages et récolter des fonds de solidarité. La démarche a été aussi partagée par Guillaume Canet, dont la visibilité médiatique sera indubitablement utile pour faire connaître la démarche et ainsi collecter des fonds. Le cavalier breton s’est aussi fait remarquer pour son don de 4 tonnes de granulés pour les centres équestres qui ne peuvent plus nourrir leur cavalerie ; son action a été partagée par la championne olympique normande Pénélope Leprévost, qui a quant à elle fait aux structures normandes en difficulté un don de 50 tonnes de foin. Enfin, c’est l’animateur Julien Courbet, connu pour son travail sur la radio RTL mais aussi pour sa passion pour les chevaux, qui a fait parler sa générosité pour venir en aide aux centres d’Île-de-France : après l’intervention de Philippe Rozier dans son émission, pour justement parler des stages solidarité, le journaliste cavalier a annoncé le déblocage de 10 000 euros pour accompagner la démarche de Rozier et Bosty.

Les actions individuelles ne sont pas les seules annonces qui ont rythmé ces derniers jours. Les entreprises équestres se sont aussi engagées dans un domaine différent de la solidarité, cette fois-ci celui de la confection de masques pour tous. La pénurie de masques n’est un secret pour personne : pour venir en aide au grand public qui ne peut se fournir en masques chirurgicaux ou FFP2 réservés aux soignants, des marques comme Horse Pilot, GEM, Paddock Sport, Pénélope Collections, Ju & Pa, Mademoiselle Cavalière et bien d’autres se sont mises à la confection de masques en tissu réutilisables, qui offrent un premier palier de protection non négligeable en ce moment.

On peut citer l’action de la Fédération Française d’Équitation, qui est la première concernée par le sauvetage des structures équestres en difficulté. C’est aux licenciés qu’elle a fait appel, qui ont cet avantage qu’ils peuvent donner à leur propre club si jamais celui-ci se trouvait être en difficulté. Chacun peut donner à la hauteur de ses moyens sur le site cavaliersolidaire.com pour le centre équestre de son choix, et il est indubitable que, mis bout à bout, chaque petite contribution pourra se révéler être d’une grande aide pour les structures équestres de la France entière.

Enfin, The Auction by Arquana a récemment lancé son initiative des « Trésors de Champions Solidaires » dans la continuité des initiatives de la FFE. De nombreux cavaliers de haut niveau ont fait dons de leurs objets et équipements aux valeurs sentimentales inestimables, une cinquantaine de lot vont être mit aux enchères sur le site de The Auction ce vendredi 8 mai. De la bombe de Julien Epaillard, à la veste d’équipe de France de Kevin Staut, en passant par une saillie de Rahotep de Toscane, nos cavaliers préférés ont été plus que généreux pour aider nos centres équestres ! L’intégralité des dons seront reversés à la FFE, pour aider les 6500 centres équestres français à survivre à cette crise sanitaire.

En attendant de pouvoir venir en aide à son centre de la plus simple des manières, en s’y rendant pour remonter son loulou favori, restez chez vous !

Par Marie Lacombe & Rosalie Florentin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s