EQUITA LYON | Martin Fuchs & Clooney règnent

Il est clairement l’un des cavaliers de coeur du public lyonnais. Alors lorsque Kevin Saut a bouclé sa deuxième manche sans pénalité et en un temps record de 36’’15 avec Urhelia Lutterbach dans le GP5* du vendredi soir, dans un barrage spectaculaire en présence de 16 des meilleurs cavaliers au monde, ce sont toutes les tribunes de la grande piste qui ont vibré et l’ont acclamé. Ni le numéro un mondial Steve Guerdat, ni le champion allemand Marcus Ehning ne parviendront à déloger le couple français en tête de ce Grand Prix Longines côté à 1,60m en toute fin d’épreuve.
Kevin Staut signe là sa première victoire en Grand Prix 5* avec Urhelia Lutterbach, ancienne monture du Francilien Grégory Cottard. « L’histoire est belle. Grégory montait la jument et avait réalisé de belles choses avec elle. Je l’ai récupérée en juin. Le feeling a été bon dès les premiers parcours. Elle a enchaîné beaucoup de sans faute. Grégory m’avait toujours dit que la jument se comportait bien en indoor, qu’elle était davantage canalisée. Elle l’a prouvé ce soir », a commenté le Tricolore, ravi et ému de cette victoire.
La France fait coup double dans cette épreuve. Membres réguliers de l’équipe de France, Alexis Deroubaix et Timon d’Aure réalisent un double sans-faute expéditif en un temps de 36’’85 et prennent une belle deuxième place. Le podium est complété par le champion d’Europe suisse Martin Fuchs, associé pour l’occasion à Silver Shine (37’’42). Au total, seuls 5 des 16 barragistes seront parvenus à boucler leur deuxième parcours sans pénalité dans ce Grand Prix Longines.

Salle comble pour les Equita Masters presented by Hermès Sellier. Vingt des meilleurs cavaliers mondiaux étaient en lice dans cette épreuve cotée à 1,60m. Il fallait faire vite et bien pour être sûr d’être qualifié parmi les dix couples en seconde manche. Deux cavaliers sont repartis avec 1 point au compteur, Christian Ahlmann sur Ailina, et le numéro deux mondial, Martin Fuchs sur Silver Shine, respectivement sixième et cinquième au final. Après un premier double sans-faute signé Mark McAuley et Miebello, donnant un chronomètre de référence de 43’’00, les cavaliers n’ont cessé d’aller de plus en plus vite pour s’imposer dans cette épreuve, suivie par un public plus qu’enthousiaste. Et c’est finalement le maestro britannique Scott Brash qui a été le meilleur pour la deuxième année consécutive. Auteur d’un barrage extrêmement rapide et d’une fluidité impressionnante, il a mené de main de maître son bondissant Hello Shelby. « Il y avait une super atmosphère, une très bonne ambiance. C’était une très belle épreuve que je suis fier d’avoir gagnée à nouveau. Shelby a sauté de manière incroyable, et encore mieux au barrage. Je suis comblé de sa progression jour après jour et il semble y prendre de plus en plus de plaisir. Il est au top niveau. Il rend ma vie plus facile », s’est-il réjoui en sorti de piste.

Il n’aura pas été simple de déjouer toutes les difficultés du parcours dessiné par Grégory Bodo pour ce Grand Prix Longines FEI Jumping World CupTM Lyon 2019. Les deux combinaisons auront notamment donné du fil à retordre aux 40 couples qualifiés dans cette épreuve, le triple en numéro 7 et le double de verticaux en numéro 9. Plusieurs des cadors de la discipline y auront laissé des plumes, à l’instar des Français Simon Delestre et Pénélope Leprevost, fautifs sur la sortie du triple avec Hermes Ryan et Vancouver de Lanlore, ou encore l’Allemand Daniel Deusser, pénalisé de 4 points sur le double.
De fait, 13 couples seront parvenus à trouver la solution sur ce tour initial. Première à réaliser le doublé parfait, l’Américaine Jessica Springteen a mis la barre haute avec un rapide chronomètre de 41’’85 (deuxième au final). Tous ont tenté d’aller encore plus vite en prenant tous les risques dans ce barrage très galopant, mais un seul est parvenu à passer devant l’amazone. Et non des moindres. Avec son fidèle Clooney 51, le jeune Suisse Martin Fuchs s’est imposé avec l’art et la manière en 41’’27. Vice-champion du monde en titre, sacré champion d’Europe cet été à Rotterdam, numéro 2 mondial, le jeune prodige a tout simplement conservé son trône sur la piste lyonnaise, d’où il était déjà rentré auréolé de gloire en 2018. « C’est une grande victoire. Clooney était en pleine forme aujourd’hui. C’était magnifique. J’ai été chanceux sur l’entrée du double de verticaux au premier tour, où il a fait une petite touche, mais après il a été très respectueux sur le reste du parcours. J’ai également eu la chance d’être parmi les derniers barragistes. J’ai pu regarder le cheval de Jessica car il a un peu les mêmes foulées que Clooney, donc je voulais faire comme elle. Pour le dernier saut, je voulais juste retirer une foulée et c’est grâce à cela que j’ai gagné », a déclaré le vainqueur. Désormais en tête de la ranking de la Longines FEI Jumping World CupTM d’Europe de l’Ouest, le Suisse compte continuer le circuit, mais avec d’autres montures : « Clooney ne va plus faire d’étape Coupe du monde. Je voulais juste en faire une avec lui pour être bien en finale. Normalement, je ne le prendrai pas pour cette échéance, car il y a les Jeux olympiques l’année prochaine. Mais je voulais la meilleure étape pour Clooney et c’est Lyon que j’ai choisi. C’était la bonne décision. Je ferai les étapes de Stuttgart, Madrid et Londres avec d’autres chevaux et je verrai celui que je prends pour la finale. »
À l’issue de l’épreuve, l’Américaine, deuxième, s’est dit ravie de sa jument, qu’elle monte depuis près d’un an et demi. « J’ai mis près de 6 mois à me mettre avec elle. C’est une jument très respectueuse. Elle était déjà top vendredi dans le Grand Prix qualificatif pour l’étape Coupe du monde, donc je suis très contente d’elle. Être basée en Europe et se comparer aux meilleurs mondiaux m’a vraiment aidé à progresser. Mais j’avoue aussi que ma progression actuelle sur le circuit tient aussi à la fantastique complicité que j’ai nouée avec ma jument. Du coup, tout va bien pour nous. »
La troisième place revient au Belge Peter Devos, qui n’a pas traîné sur le barrage, restant dans la même seconde, en 41’’95. « Je suis très content de ma jument aujourd’hui. Elle a eu quelques semaines de repos et est revenue en forme. J’ai regardé le tour de Martin et je sais qu’il est toujours très rapide. Même chose avec Jessica. Je devais faire attention car ma jument n’est pas si facile. Quand je prends un peu trop de vitesse, elle peut être un peu délicate. J’ai donc dû la garder dans le calme et j’ai fait un bon parcours avec les bonnes distances partout. Il y a juste la ligne entre les deux premiers obstacles où j’avais pensé enlever une foulée, mais je ne l’ai finalement pas fait car personne n’avais tenté cette option. » Dernier à s’élancer sur ce barrage avec la grande Queeleta, le Français Julien Épaillard n’aura pas démérité. Auteur d’un double sans-faute, le meilleur Tricolore de l’épreuve s’est intercalé à la 5e place de cette étape Coupe du monde avec une jument qu’il ne monte que depuis le début de l’été. « C’est mon premier Grand Prix 5* avec Queeletta donc je suis très content, elle a très bien sauté. J’ai fait un bon weekend. C’est vrai que j’aurais voulu être plus rapide au barrage, mais ils ont été meilleurs aujourd’hui et… je reviendrai », a-t-il plaisanté. Déjà vainqueur de la première épreuve du CSI 5* de ce week-end, ce couple est assurément à suivre.

C’est du beau spectacle qu’on offert les cavaliers au public de Lyon durant cette edition 2019. A l’année prochaine Lyon !

Martin Fuchs & Clooney (© Jump’Mag / Rosalie Florentin)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s